Maël Alric : « la seule limite, c’est celle que tu t’imposes »

L’athlète

Présente-toi en quelques mots (âge, profession, club et pratique(s))

Maël Alric, j’ai 31 ans, je suis agriculteur. Je travaille avec mes parents sur la ferme familiale, nous avons un troupeau de brebis en bio. Nous livrons 3/4 de la production à Roquefort Papillon et transformons sur la ferme 1/4 de notre lait en tommes et yaourts. Nous livrons les particuliers et les magasins sur les villes de Toulouse, Montpellier, Albi, Rodez, Millau.

Licencié au club de l’Athlétique Club Saint-Affricain avec lequel je participe aux cross, 10km et compétitions sur piste, je suis également licencié au Team NOYON Triathlon pour les compétitions de duathlon.

Depuis combien de temps pratiques-tu cette/ces discipline(s) ?

L’athlétisme depuis que j’ai 10 ans et le duathlon depuis maintenant 3 ans

Quels sont tes RP (records personnels) ?

800 : 1’53’’88 (cadet-2008)

1500 : 3’52’’04 (junior-2009)

3000m steeple : 8’49’’27 (espoir-2010)

10km route : 28’59 ( 2020 )

Ton meilleur souvenir de course ?

Mon titre de champion de France de 3000m steeple junior en 2009

Pourquoi avoir choisi l’athlétisme ?

Tout simplement car j’aime courir. Petit je n’étais pas très habile balle au pied et raquette à la main, par contre j’aimais courir.

Ses habitudes

Ton modèle de chaussure favori ?

A l’entraînement les Nike React Infinity et en compétition les Nike Alphafly

Garmin ou Suunto ?

Garmin

Se dépasser ou dépasser les autres ?

L’important est de se dépasser soi même : pense à toi avant de penser aux autres. Je l’ai appris et compris avec le temps.

Thé ou Café ?

Thé, je n’aime PAS DU TOUT le café

Short court ou cuissard ?

Short court et même short à fleurs à une époque (rires) 

Travail perso ou travail d’équipe ?

Travail d’équipe car sans elle tu n’es rien ! 

Pointes ou lame carbone ?

Maintenant mon sport numéro 1 c’est le duathlon, je pencherais donc pour les lames carbones, D’autant qu’elles sont plus efficaces sur le bitume que les pointes (rires)

VMA ou seuil ?

Avant, j’aurais dit VMA, maintenant c’est plutôt SEUIL. Même si les deux sont complémentaires et obligatoires pour performer.

En course, plutôt pop-corn ou youporn ?

Pop-corn 😉

Bise ou serrage de pince ?

Serrage de pince et même check du coude maintenant avec le covid !

Préparer ou improviser ?

Préparer, toujours !

Cross ou course nature/trail ?

Cross ! La base de l’athlétisme.

Quelle place prend l’athlétisme dans ta vie ?

L’athlétisme me prend beaucoup de temps et d’énergie. Mais quand on aime on ne compte pas !

Mon métier me prend déjà beaucoup de temps et d’énergie entre 90 et 130h en fonction de la saison. La motivation d’aller s’entrainer est compliquée à trouver par moments. J’ai la chance d’avoir ma copine, mes parents, ma famille, mes ami(e)s à mes côtés pour garder le cap quand il y a un coup de moins bien.

Comment est-ce que tu pourrais définir l’athlétisme et ta pratique pour des néophytes ?

L’athlétisme c’est le sport de tous et pour tous : une paire de running, un short, un t-shirt et c’est parti !

J’adore l’aspect et la volonté du dépassement de soi. La seule limite c’est celle que tu t’imposes., c’est tellement vrai.

Quel message pourrais-tu donner aux jeunes qui sont en école d’athlé ?

Se faire plaisir ! J’ai toujours couru par plaisir, quand il n’était pas au rendez-vous, je n’ai pas hésité à mettre l’athlétisme entre parenthèses parce que je pense qu’il ne faut jamais se forcer surtout au début. Courir doit rester un plaisir, un jeu, mais il est important de comprendre que pour progresser, se faire mal aux entrainements est indispensable.

Mon diction c’est : « entrainements difficiles, compétitions faciles ! » , je me le répète régulièrement encore car je m’entraîne seul la plupart du temps.

Avec une année 2020 particulière et deux confinements, comment s’est articulée ta pratique sur les douze derniers mois ?

Le début de saison j’ai été blessé au tendon d’Achille, puis il y a eu le confinement donc la saison a commencé en septembre pour moi. J’ai pu participer à 3 manches de première division de duathlon. J’ai ensuite fais un 10000m piste à St-girons en Novembre et le 10km de Barcelone le 31/12.

Ton année sportive 2021 idéale serait ?

Mon objectif numéro c’est d’intégrer l’équipe de France de duathlon et de décrocher des médailles en Juillet aux championnats d’Europe et en septembre aux championnats du monde.

Entre temps je me suis lancé le défis de battre le plus possible de records d’Aveyron, que ce soit en salle, sur piste ou sur route.

A l’époque ou je pratiquais l’athlétisme à « haut niveau » j’étais licencié à l’ECLA Albi (Tarn) donc je ne pouvais donc pas battre les records Aveyronnais.

Quels sont tes chronos cibles sur les prochaines courses ?

  • Sur 1500 m passer sous les 3’49’’
  • Sur 3000 m me rapprocher des 8’
  • Sur 5000 m descendre sous les 14’
  • Sur 10000 m descendre sous les 29’
  • Sur 10 km route descendre sous les 28’40’’