Benoît Campion : « mon objectif est de me rapprocher de la meilleure version de moi-même »

L’athlète

Présente-toi en quelques mots (âge, profession, club et pratique(s))

Je suis Benoit Campion, 23 ans, étudiant en 4ème année de médecine, coureur de demi-fond au Stade Brestois Athlétisme. J’ai passé 2 années dans une université aux USA, où j’ai pratiqué l’athlétisme en tant que sport universitaire et obtenu un master en sciences de l’exercice, spécialité préparation physique.

Depuis combien de temps pratiques-tu cette/ces discipline(s) ?

J’ai commencé par le cross-country, grâce aux cross scolaires en arrivant au collège.

Quels sont tes RP (records personnels) ?

1500m : 3’40’’63
3000m : 8’09’’54

Ton meilleur souvenir de course ?

Les championnats de Conférence de cross-country aux USA. L’année dernière, nous n’étions pas favoris, mais on a travaillé ensemble, en équipe, toute la saison.

J’étais capitaine, très impliqué dans notre réussite collective. On a réussi à créer en 3 mois un vrai esprit d’équipe, avec des gars super. La semaine du championnat, il y avait une énergie folle qui se dégageait du groupe.

Finalement, nous avons survolé la course et relégué les autres universités très loin dans le classement. Un bonheur immense et partagé avec toute l’équipe.

Pourquoi avoir choisi l’athlétisme ?

L’athlétisme est un sport qui me donne un équilibre. On peut se vider la tête en allant à bloc en séance. On peut également faire du travail plus technique. Il y a aussi d’autres aspects comme la nutrition et la récupération qui m’intéressent. Les gens que l’on croise sur les pistes sont souvent très sympa.

En résumé, c’est un sport très complet qui m’aura permis de rencontrer de belles personnes.

Ses habitudes

Ta paire de chaussures favorites ?

En ce moment c’est la NOVABLAST. On peut tout faire avec : footing cool, footing rapide, seuil, fartlek… Je les porte très souvent et suis déjà à ma 4ème paire en 9 mois, pourtant elles tiennent bien la durée, mais j’enchaîne beaucoup de km avec ces souliers !

Garmin ou Suunto ?

Garmin Forerunner 235, mais je l’ai depuis tellement longtemps que le bouton LAP devient capricieux… Donc du changement à prévoir !

Se dépasser ou dépasser les autres ?

Se dépasser pour dépasser les autres. Je m’explique. Je vois vraiment l’athlétisme comme un sport où l’on est sans cesse à chercher ses propres limites, et tenter de les repousser.

Mon objectif chaque saison est de m’améliorer pour dépasser mes limites et me rapprocher de la « meilleure version de moi-même ». C’est très personnel, comprendre mon corps et mon esprit et travailler avec eux pour aller le plus loin possible. Ensuite, dépasser les autres, c’est simplement une conséquence du travail sur soi, et avant tout un jeu !

La compétition c’est la partie sympa de la saison !

Thé ou Café ?

Café. Sans sucre.

Short court ou cuissard?

Cuissard sur 800 / 1500.

Short BIEN BIEN split à partir du 3000m et au-delà.

Travail perso ou travail d’équipe ?

La dynamique de groupe est essentielle. Bien sûr il y a toujours du travail perso à réaliser : récupération, nutrition… Mais le groupe permet d’apprécier le processus, de se sentir bien en travaillant dûr, et in fine tenir sur la longueur des saisons qui s’accumulent.

Pointes ou lame carbone ?

Aux USA j’ai vu beaucoup d’athlètes courir en chaussures à lame de carbone traditionnellement utilisées sur la route, lors de compétitions de 3000m – 5000m sur piste, même en salle.

Moi je préfère courir ces distances en pointes, plus pratique pour mettre une boite dans le dernier 400m !

VMA ou seuil ?

La VMA c’est un jeu. Le seuil c’est plus paisible, comme si le cerveau était en mode veille… Donc il faut un équilibre entre les deux !

En course, plutôt pop-corn ou youporn ?

Popcorn ! C’est tellement beau un athlète qui va au bout de lui-même. Ca nous fait toujours de belles histoires à raconter !

Bise ou serrage de pince ?

Aux Etats-Unis on fait plutôt un gros câlin !

Préparer ou improviser ?

Préparer juste ce qu’il faut, mais pas trop, pour pouvoir improviser de façon cohérente.

Cross ou course nature/trail ?

Le cross reste mon premier amour en athlétisme. J’étais ce footeux qui venait s’amuser dans la boue quelques mercredis par an.

Sa pratique

Quelle place prend l’athlétisme dans ta vie ?

L’athlétisme a une place centrale. J’ajuste mes cours, stages à l’hôpital, révisions, vacances, temps libre… en fonction de l’athlétisme.

Mais ma vie ne se résume pas à l’athlétisme. Comme dit le roi Yakoub, il n’y a pas de temps forts sans temps faibles. Alors il faut parfois faire autre chose pour avoir envie de rechausser les pointes.

Comment est-ce que tu pourrais définir l’athlétisme et ta pratique pour des néophytes ?

L’athlétisme est un moyen, ce n’est pas une fin. Un moyen de rencontrer des gens, de vivre des émotions fortes, de voyager, de se découvrir soi-même, de comprendre des choses… Ca ne se limite pas qu’à une performance chronométrique !

Quel message pourrais-tu donner aux jeunes qui sont en école d’athlé ?

Amusez vous ! Le sport ça doit être avant tout un jeu ! D’ailleurs si vous ouvrez le Larousse, en ancien français on dit « desport » qui signifie amusement.

Avec une année 2020 particulière et deux confinements, comment s’est articulée ta pratique sur les douze derniers mois ?

Les plans ont souvent changé à la dernière minute. Il fallait simplement éviter de trop se projeter et se focaliser sur le moment présent.

Ton année sportive 2021 idéale serait ?

Julian Alaphilippe conservant sont titre de champion du monde de cyclisme sur route !

Quels sont tes chronos cibles sur les prochaines courses ?

Pour faire écho à ce que je disais plus haut : me rapprocher encore un peu plus de mes limites. C’est-à-dire continuer de progresser et faire descendre mes RP !

Je ne suis pas obnubilé par les chronos. Comme dit l’ostéopathe dentiste vice-président du Tempo Run Club, Romain Garrivier, « il ne faut pas oublier de couriiiiiir » !

Leave a comment